TIM MARLOW OBE

Directeur et PDG du Design Museum de Londres, Tim Marlow est particulièrement bien placé pour façonner la mission du musée grâce à son parcours l’ayant mené de l’histoire à la défense de l’art et de la culture. Dans cet entretien exclusif, Tim nous éclaire sur son rôle dans la dynamique de l’institution, sa vision globale du design, l’impact des expositions et l’avenir du secteur dans un monde en évolution constante.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours jusqu’à votre poste de directeur et de PDG du Design Museum ?

Oui, bien sûr. J’ai commencé mon parcours universitaire en tant qu’historien, mais, avec le temps, j’ai éprouvé l’envie croissante de travailler avec des esprits créatifs. Tout au long de ma carrière, j’ai eu le privilège de collaborer avec des artistes, des architectes et des designers, et cette dynamique d’échange, au-delà d’être intéressante, est profondément inspirante. Mon désir d’étudier le passé a donc fait place à celui de m’impliquer activement auprès des personnes qui écrivent l’histoire aujourd’hui.

En tant que directeur et PDG, comment pensez-vous influer sur la mission et la vision du Design Museum ?

Eh bien, mon objectif principal est de mettre à profit les talents exceptionnels de notre équipe jeune et dynamique. Par ailleurs, je considère que ma mission est d’insuffler de l’énergie et de la vitalité à cette magnifique institution. Nous avons la chance remarquable d’être le seul musée du pays consacré au design du présent et du futur. Mon rôle est de générer l’énergie et l’élan nécessaires à l’accomplissement de notre mission.

Londres est un pôle international de l’art et du design. Comment la diversité de sa culture et de son paysage influence-t-elle la manière dont le musée expose le design des quatre coins du monde ?

Londres est notre foyer et fait donc partie intégrante de notre identité, qui reflète son effervescence, sa diversité et son énergie débordante. Peut-être plus que toute autre ville, Londres accueille des personnes d’origines diverses et variées. À l’international, l’attrait de notre capitale reste fort auprès des étudiants et des créatifs de l’art, de la mode et du design. De la mode à l’architecture, et au-delà, notre programmation présente l’étonnant talent des différentes disciplines créatives, à l’image de l’exposition Rebel qui met en lumière les créateurs de mode que Londres a vus grandir ces trente dernières années.

Le Design Museum explore souvent l’intersection du design, de la technologie et de l’innovation. Selon vous, quelles sont les avancées passionnantes dans ces domaines qui façonneront le design de demain ?

Le paysage du design, de la technologie et de l’innovation est vaste et complexe. Le potentiel de l’intelligence artificielle, par exemple, est immense, mais demande de sérieuses réflexions éthiques. Bien que très difficile, c’est plutôt notre relation avec l’environnement qui me passionne. Notre laboratoire, l’Observatoire du futur, est devenu le Centre national de recherche sur le design et se concentre sur les solutions liées à la transition écologique. Le design peut jouer un rôle central dans le développement de solutions durables et écoresponsables. Si le design est impliqué dans certaines des consommations problématiques de la planète, il peut aussi offrir des solutions pour créer un avenir plus durable. De ce point de vue, l’innovation ne repose pas nécessairement uniquement sur des matériaux de pointe, mais aussi sur une réévaluation des pratiques traditionnelles et une définition du futur basée à la fois sur le passé et le présent.

Dernièrement, à Londres, quel mouvement des arts et du design a retenu votre attention ?

Une évolution frappante est l’intérêt croissant pour le design d’un public plus large et plus diversifié. Les jeunes, en particulier, ont visiblement envie de comprendre la portée du design. Bien qu’il existe des parallèles avec le monde de l’art, le design permet de résoudre des problèmes de manières uniques. Le design est de plus en plus reconnu et compris par l’ensemble de la société, ce qui est vraiment encourageant.

Discover the look
Related Stories

DUNHILL x FRIEZE MASTERS 2023

Recorded live at Frieze Masters 2023 in London, this new podcast series features artists Arlene Shechet, Sarah Lucas and Rachel Whiteread, curators Sheena Wagstaff and Valerie Cassel Oliver, and Gus Casely-Hayford.

SHEKU KANNEH-MASON MBE

Dans cet épisode de notre série Portraits par dunhill, nous rencontrons le brillant violoncelliste britannique Sheku Kanneh-Mason, MBE et lauréat du prix BBC 2016 du meilleur jeune musicien. L’entretien aborde le pouvoir de la musique et les raisons pour lesquelles jouer à Londres est toujours spécial.